En rénovation depuis août 2020, le Pentagliss de L’O Espace aquatique fait peau neuve après 10 années d’ouverture. Les travaux sur site sont en cours.
La crise sanitaire n’a pas enrayé le programme d’investissement prévu par la communauté de communes du pays de sainte Odile (CCPO)  à hauteur de 520 000 € HT sur la période 2021-2024, en plus des 300 000 € HT pour le remplacement du Pentagliss.

Voilà presque 5 mois que l’équipement nautique intercommunal, confié en gestion délégation de service public au groupe Récréa, est totalement fermé au public pour raisons financières.
L’automne dernier, la majorité des élus de la CCPO en avait décidé ainsi, alors que d’autres équipements nautiques restaient ouverts, fidèles à leur mission de service public et accueillant les scolaires, la natation-santé, les clubs et leurs compétiteurs…

Exploiter un centre nautique en pleine crise sanitaire n’est certes pas chose simple.

Les directives gouvernementales changent au gré de l’évolution de la pandémie, n’autorisant qu’une fréquentation très réduite des équipements. Ainsi, depuis le 4 avril, seuls les publics prioritaires conservent l’accès à l’ensemble des équipements sportifs de plein air et couverts, dont les piscines (sportifs professionnels, de haut niveau, sportifs inscrits dans le Parcours de performance fédéral, personnes en formation universitaire ou professionnelle, personnes détenant une prescription médicale d’activité physique adaptée et personnes en situation de handicap).
Du fait de leur statut public, les personnels des équipements nautiques exploités en régie ne bénéficient pas de l’activité partielle, contrairement aux personnels des équipements concédés en délégation de service public qui relèvent du privé.
Un véritable casse-tête pour les gestionnaires !

Quand bien même, L’O Espace aquatique est aujourd’hui totalement fermé, des frais fixes demeurent et il en coûte tous les jours à la collectivité. Compte tenu des circonstances exceptionnelles, Le délégataire privé Récréa percevra une substantielle « indemnité d’imprévision ».

Quel que soit le régime de gestion d’un équipement aquatique, interrogeons-nous sur la mission de service public qu’il doit assurer.
Eu égard aux services rendus, quel est le déficit acceptable pour l’équipement structurant de notre territoire ?

Quelles seront les conséquences de la fermeture prolongée de L’O Espace aquatique pour nos scolaires, pour la santé des personnes empêchées de pratiquer la natation-santé, pour l’avenir de notre club de natation ?

Le débat n’a pas eu lieu en ses termes à la CCPO, se limitant à une vision purement financière.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

A lire également

Laisser un commentaire